Qu’est-ce que la garde conjointe ?

Lors de la réunion du Conseil de coordination du Bureau du Procureur général en matière d’entretien au Kazakhstan, il est proposé de mettre en place un institut conjoint de garde.

Selon les rapports, l’une des raisons de la réticence à payer une pension alimentaire est l’incapacité de communiquer les débiteurs avec leurs enfants. Parce que cela est gêné par les anciens conjoints. Pendant ce temps, la communication plus étroite entre les pères et les enfants est prouvée, les cas moins fréquents de non-paiement des pensions alimentaires, a déclaré le procureur général Jacip Asanov.

A découvrir également : Quel âge doit-on avoir pour aider avec les tâches ménagères ?

L’essentiel de la garde conjointe est de préserver la relation de l’enfant avec ses parents. Après le divorce. L’endroit où l’enfant apprendra, où aller, qui et comment payer l’étude, etc., sont tous discutés et convenus par les conjoints.

Il y a également des limites. La garde conjointe n’est pas possible en cas de divorce en raison de l’alcoolisme, de l’ivresse, de la toxicomanie ou de la violence domestique.

A lire en complément : Comment calculez-vous le temps passé des employés dans l'entreprise ?

Selon l’enquête, 25 % des débiteurs verseraient une pension alimentaire s’ils étaient autorisés à voir l’enfant plus souvent et à participer à leur éducation. 60 % des femmes étaient positives quant à la création d’un établissement de garde conjoint, rapporte le service de presse de l’organe de surveillance.

Également suggéré introduire des psychologues médiateurs dans les procédures de divorce.

Le premier procureur général adjoint Johan Merkel a noté ce qui suit :

« Les raisons de la situation sont connues. Parmi les défaillants, les modes de vie immoraux sont les alcooliques, les toxicomanes, les clochards. De nombreux débiteurs, en particulier dans les zones rurales, sont au chômage. Pourtant, une grande partie des personnes qui ont des revenus sont encore en grande partie. Ils évitent sciemment les paiements en ne délivrant pas de papiers de travail, en obtenant des noirs payés et en sous-estimant les revenus.

Certains ne sont pas prêts payer une pension alimentaire à tout prix. Parfois même au prix de la vie de leur enfant et de leur conjoint.

Un entrepreneur de 70 ans originaire d’Uralsk, qui n’est pas disposé à payer une pension alimentaire, a payé 5 000$ à un tueur pour tuer sa fille de 8 ans et son ex-femme civile. La police a empêché le crime, le père avide et son enfant se sont assis pendant 15 ans. »

Pour déterminer le montant de la pension alimentaire, la priorité doit être l’intérêt de l’enfant, estime Merkel

« Tout d’abord, nous vous proposons de redéfinir la taille de la pension alimentaire. Aujourd’hui, il est défini comme une part des gains du débiteur et est plus sensible à ses intérêts que les enfants.

Il y a longtemps, les débiteurs « délicats » ont trouvé un moyen de contourner la loi. J’ai déjà donné des exemples où ils ont pu travailler sur les bas salaires. Ensuite, tout à fait légalement, les enfants ont été accusés de 5 à 6 000 tenges. Est-il possible de nourrir et d’habiter un enfant avec cet argent aujourd’hui ? — a noté le premier sous-procureur général.

Nous pensons donc que la priorité doit être l’intérêt de l’enfant. Vous devez garantir le montant de base de la pension alimentaire par la loi. À partir de son âge.

Le revenu du débiteur propose également de prendre en compte, mais seulement sur le principe : plus les gains sont élevés, plus la pension alimentaire minimale est élevée. »

Jogan Merkel propose de développer un institut de paternité responsable au Kazakhstan

« En parlant des questions de maternité et d’enfance, nous avons oublié les problèmes de paternité. Et parce que l’attitude irresponsable envers la planification familiale, la paternité est l’une des principales raisons du non-paiement de la pension alimentaire. 97 % des défaillants sont des hommes.

Personne n’enseigne et ne le sait pas prépare les jeunes hommes à la paternité. Toute préparation est un exemple de nos pères ou, au mieux, de leurs conseils. Et s’il n’a pas son père, ou s’il est alcoolique, toxicomane ? C’est ce qu’il s’avère que nous avons laissé ce problème au niveau de la famille.

Compte tenu de sa portée, nous pensons qu’il est nécessaire d’apporter les problèmes de paternité à la politique de l’État. » a souligné le premier procureur général.

ARTICLES LIÉS